LA PART DE DIEU ET LA PART DE L’HOMME

Lecture biblique : Matthieu 12 : 9 – 13.

Dieu, notre Créateur, a réparti les tâches entre Lui et nous. De manière générale, Il a créé l’homme libre : libre de choisir le bien ou le mal, de choisir d’obéir ou de ne pas obéir, de craindre Dieu ou de ne pas le faire…
Dieu l’a fait ainsi, pour que les tâches soient bien réparties afin que chacun honore ce qu’il doit faire vis-à-vis de l’autre.

Cependant, il y a des choses que seul Dieu peut faire : le salut, la vie éternelle, la grâce, seul Dieu peut nous les donner. Mais notre Dieu a aussi voulu que l’homme, le chrétien, fasse aussi des choses, selon les tâches qui lui sont confiées.

Car avec Dieu, nous sommes dans une alliance. Or dans une alliance, on sous-entend la présence de deux parties. Chacune des parties doit honorer son engagement vis-à-vis de l’autre, afin que l’alliance conclue perdure. Lorsqu’on n’honore pas l’engagement, il n’y a plus alliance.

De même à Golgotha, lorsque le sang de Jésus-Christ avait coulé sur la croix, Dieu avait conclu avec nous une alliance, la meilleure des alliances qui puissent exister. Parce que c’est par cette alliance que nous avons été sauvés. Il nous a promis la vie, Il l’a fait. Il nous a promis la grâce, il l’a fait.
Là, frères et sœurs, c’est la part de Dieu. Mais comme dans une alliance, il n’y a pas qu’une seule part, il faut que les deux parties se conjuguent ensemble pour travailler, Dieu ayant, ainsi, fait sa part, il nous revient de faire la nôtre.

Chers frères et sœurs, la Puissance de Dieu est encore réelle, la Parole de Dieu est toujours la même, la gloire de Dieu peut encore se manifester… Parce que la Bible déclare que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement, mais pourquoi ne voyons-nous plus ces miracles ?
Le problème est que nous sommes dans une alliance. Qui dit alliance, dit deux parties. Dieu n’est pas à blâmer dans tout cela, Il a déjà fait sa part. C’est à nous hommes de nous poser la question «Avons-nous fait notre part, avons-nous honoré notre engagement » ?

Ce que Dieu a déjà fait est plus grand que ce qu’Il nous demande de faire. La part de l’homme est souvent facile mais souvent l’homme ne le fait pas.
Les miracles ne se trouvent pas en dehors de la présence de Dieu. Soyons au bon endroit, au bon moment, afin de ne pas passer à côté de notre miracle.
Lorsque Dieu nous demande de poser un acte, derrière cet acte, il y a toujours un miracle.

• La première part de l’homme que Dieu demande, c’est : l’obéissance.
L’obéissance diffère de la crainte de Dieu. La crainte de Dieu c’est obéir à sa Parole. L’obéissance à Dieu c’est écouter la voix du Seigneur et agir selon sa voix, au quotidien. Et c’est là que beaucoup de chrétiens trébuchent.

Or Dieu qui nous demandent ces choses, connait notre avenir. Il sait ce qui nous arrivera demain et ce qui est bon pour nous ou pas. Il sait ce qui arrivera si nous obéissons à l’instruction qu’Il nous a donnée.

Point n’est besoin de faire les choses comme tout le monde, faisons par contre selon l’instruction que nous avons reçue de Dieu. En rapport avec ta bénédiction, Dieu n’agira pas pour toi, comme tout le monde. Dieu agit avec nous individuellement.
L’obéissance à Dieu apporte toujours du succès.

La clé du miracle, c’est l’obéissance. Avec Dieu, de petites instructions appellent de grands miracles. Oui, chaque jour qui passe, Dieu nous parle et nous donne des instructions ; et c’est à nous d’obéir pour voir de grandes choses s’accomplir.

Philippiens 2 : 8 – 9. Jésus-Christ, lui-même, a été obéissant jusqu’à la mort, c’est pourquoi Dieu l’a souverainement « élevé ».
Lorsque l’homme désobéit à Dieu, il n’avance plus, il n’évolue plus. Car il a laissé Dieu à l’endroit où Il lui avait parlé. Certaines fois, Dieu nous fait passer par des tests d’obéissance pour nous.

• La deuxième part de l’homme que Dieu demande, c’est la dîme.
Beaucoup ne sont pas bénis, ne passent pas à l’étape supérieure parce qu’ils ne payent pas délibérément leurs dîmes.

Ce qui est important pour Dieu, ce n’est pas la grandeur de ta dîme mais plutôt sa régularité. Malachie 3 : 8 – 9.

Ce n’est pas parce que plusieurs abusent de ces choses que la Parole de Dieu change ! Non ! Tu donnes, tu es béni ! Lorsque tu ne donnes pas, non seulement que tu n’es pas béni mais aussi Dieu se tourne contre toi.

Chers frères & sœurs, quelle est la part de Dieu dans tout ce que nous recevons ?

Leave a Comment